Intervenant

Hariwansh Lal Poonja est né en 1913 près de Lyalpur, un petit village du Punjab qui se trouvait en Inde avant de faire partie du nouvel État du Pakistan créé en 1947. Son père, qui était chef de gare du réseau ferroviaire gouvernemental, était fréquemment muté et, en conséquence, la famille devait régulièrement déménager pour de nouvelles villes.

En 1919, le gouvernement colonial anglais instaura des journées de congé exceptionnelles en commémoration de la victoire lors de la Première Guerre mondiale. La famille Poonja partit alors en excursion pour Lahore, la plus grande ville de la région, et ce fut là que Hariwansh vécut sa première expérience importante d'éveil spirituel. Alors que l'on servait à tous les membres de la famille une boisson à base de mangue et de yaourt, Hariwansh n'y prêta aucune attention et ne fut pas en mesure d'y goûter tellement il était paralysé par une expérience directe du Soi. Il lui fut impossible de boire, de parler ou de se mouvoir de quelque façon que ce soit, et il demeura absorbé dans cet état pendant trois jours. Des années plus tard, il tenta de décrire ce qu'il avait vécu en parlant d'une expérience de bonheur et de beauté absolument parfaits, mais à cette époque aucun contexte ne lui avait permis d'évaluer ce qui lui était arrivé. Une fois son contact direct avec le bonheur du Soi établi, il passa le plus clair des années qui suivirent à tenter de revivre cette expérience, ou à être occasionnellement à nouveau replongé en elle de façon spontanée.

Sa mère, une ardente disciple de Krishna, l'avait convaincu que consacrer sa dévotion à ce dieu lui ferait revivre cet état de bonheur. Hariwansh suivit donc son conseil et se mit à focaliser son attention sur une image de Krishna avec une telle intensité que Krishna lui apparut sous une forme physique suffisamment solide pour être touchée. Aucun autre membre de la famille ne voyait Krishna, cependant tous pouvaient observer Hariwansh en contact avec son nouvel ami «invisible». Hariwansh s'attacha tellement à la forme de Krishna que, pendant de très nombreuses années, son principal désir en matière de spiritualité fut de voir Krishna apparaître devant lui afin de pouvoir jouir de la félicité qui résultait de sa présence.

Vers l'âge de treize ans, il tomba amoureux d'une représentation du Bouddha dans l'un de ses livres d'école. L'image, une célèbre statue aujourd'hui exposée dans l'un des musées de Lahore, représentait le Bouddha en tant qu'ascète émacié. Hariwansh se sentit poussé à imiter la reproduction aperçue dans le livre ; ainsi, pendant les mois qui suivirent, il se priva volontairement de nourriture pour ressembler au Bouddha amaigri par l'ascèse. Il se fabriqua également une robe bouddhique à partir de l'un des saris de sa mère, puis s'en alla mendier sa nourriture et faire des discours au sujet du Bouddha sur la place de la ville. Ses imitations adolescentes du Bouddha connurent leur fin quand sa mère, qui n'en avait rien su au début, découvrit qu'il avait transformé l'un de ses saris en robe de moine.