Forum

Veuillez ou S’enregistrer pour créer des messages et des sujets de discussion.

Le silence ...

Il en est souvent question ... voici le dernier partage sur la page fb d'Eric Baret ... c'est justement sur le silence ...

Question – Est-ce que les retraites silencieuses aident à calmer plus facilement le mental ?
Eric Baret – Il n’y a pas de règles. La retraite silencieuse est souvent une forme d’imaginaire, où les individus ne parlent pas, mais compensent par une activité mentale importante.
Le silence peut se prolonger éventuellement par l’absence de parole, de mouvement et de dynamisme. Le silence est également présent dans la parole, la dynamique, l’action. Vouloir se priver de paroles, c’est respectable, mais ce n’est pas du tout notre orientation. Quand on n’a rien à dire, on ne parle pas. Il n’y a aucune raison de s’abstenir de parler. Celui qui vit seul passe de nombreuses périodes sans parler. Cela n’amène rien de spécial, cela n’enlève rien. Il est fonctionnel de parler à son environnement, un enfant, un chien, un perroquet. Les retraites de silence valent si les gens qui ont de la maturité s’aperçoivent qu’il n’y a rien à dire, rien à expliquer, rien à demander. On peut très bien avec des amis se réunir, manger et passer des périodes sans rentrer dans des spéculations idéologiques. On peut aussi très bien parler de la beauté, de la sculpture, de l’art, de l’harmonie, des textes sacrés.
Le silence est une forme comme une autre, la parole est aussi une forme de silence. Heureusement que les grands textes de l’humanité ont été écrits. Si les auteurs n’avaient été qu’en silence, il n’y aurait pas eu d’écrits. L’écrit vient du silence, il ramène au silence.
Le silence dont on parle ici n’est pas une absence de parole. C’est une disponibilité intérieure, une absence de bruit intérieur, qui peut s’exprimer par la parole ou par le silence, selon ce qui est fonctionnel. Essayer de structurer un moment sans paroles, pourquoi pas, mais pour nous, c‘est une forme de caricature. C’est respectable, cela fait partie des voies traditionnelles qui existent en Inde et dans le bouddhisme. L’approche directe ne fabrique rien. S’il y a quelque chose à dire, on le dit. S’il n’y a rien à dire, on se tait. On n’essaie pas de s’imposer une règle d’une manière ou d‘une autre.
250 Questions sur le Yoga, Editions Almora

associatEC et mathilde ont réagi à ce message.
associatECmathilde

Pour rebondir sur le sujet de Raphaël ...  ; )         (et merci)

... cela m'a fait penser à ce petit extrait de la passagère du silence, de Fabienne Verdier.

 

" Peu à peu, je me suis familiarisée avec cette vie, le compagnonnage du silence et la présence du non-dit.

Il devenait nécessaire d'oublier le temps, de s'oublier soi-même ainsi que toutes pensées, opinions et cultures acquises.

Je puis devenir alors "bois brut", "herbe au vent" ou "brise du printemps".

L'esprit léger devient fluide et mobile.

On ne se fie plus aux contraintes extérieures.

"Faire le vide", en un mot, n'est pas simple affaire d'apaisement.

L'unique trait du pinceau, ce "cérémonial du peintre", naît, sous le sceau de l'inspiration, d'un geste spontané, d'une pulsion première, d'une osmose primordiale avec la sève créatrice.

Grâce à cette discipline, je tente de vivre "l'esprit un" en sa réalité absolue.

On se rend compte que, derrière le vide apparent du silence, la vie grouille de toutes part et c'est alors avec pudeur et émerveillement, qu'on saisit la pensée poétique."

associatEC a réagi à ce message.
associatEC